Quand le jeu devient une drogue

0
177

Casino, machines à sous, les cartes à gratter, paris sportifs, les jeux d’argent ne manquent pas. Pour certains, le jeu reste un petit hobby. Tandis pour d’autres, il peut devenir une addiction. Selon une étude lancée sur les jeux excessifs, on estime à des millions et des millions de joueurs qui ont des problèmes de jeu.

Le mécanisme de la dépendance

Les joueurs dits pathologiques souffrent d’une dépendance sans qu’il y ait de médicaments.

Sur le plan neurologique, toutes les addictions ont en commun une partie spécifique du cerveau: le système limbique. En effet, cette zone reçoit divers messages qui l’informent du niveau de satisfaction des besoins de l’organisme. Par exemple, si vous avez assez mangé, si c’est bon, si vous avez chaud ou froid, si vous avez sommeil ou vous reposez. Cette zone va recevoir même des informations sur la satisfaction lors de contacts sociaux ou sexuels.

Et par la suite, cette information est ensuite transmise à une autre structure plus loin. Et c’est ce passage qui forme un circuit qui permet au cerveau d’identifier toutes les actions considérées comme « agréables », puis de tout faire pour les renforcer en envoyant des signaux positifs. C’est le circuit de récompense.

Et en l’occurrence de la dopamine, le circuit de récompense a besoin de messagers chimiques. Cette dopamine est le neuromédiateur du plaisir et de la récompense. Et chaque fois qu’une expérience est bénéfique, le cerveau en libère une. Il est généralement très utile pour apprendre ce qui est bon ou mauvais pour le corps.

Par contre, ce circuit peut aussi s’emballer Ainsi, dans le cas de ces joueurs pathologiques, il encourage de plus en plus à répéter le comportement qui a provoqué la satisfaction. Et c’est dans ce cas que le jeu devient alors un besoin compulsif qui n’est pas dû à un médicament mais au circuit désordonné qui régule les pulsions. En conséquence, la personne ne peut plus se contrôler, elle ressent un besoin irrésistible de jouer.

Addiction aux jeux, comment sortir du cercle vicieux

Tension, excitation, montée d’adrénaline, sensation de puissance, le jeu séduit parce qu’il procure beaucoup de sensations chez le joueur. Une recherche de sensation qui le pousse à recommencer cette expérience.

Mais, parfois, au fil du temps, le plaisir de jouer laisse la place à l’obsession. De ce fait, le joueur consacre de plus en plus de temps au jeu et oublie tout ce qui l’entoure, ment à son entourage, devient agressif et s’isole. Malgré les efforts pour s’échapper, l’envie de jouer devient irrépressible, on dit qu’il devient « compulsif ». Des heures d’ivresse qui s’achèvent par mettre certains joueurs dans un véritable enfer.

C’est ce qu’a vécu un grand joueur dépendant, un joueur qui décide de témoigner, qui a perdu plus de 500 000 euros. Il est ruiné et endetté à cause du jeu. Aujourd’hui, il a choisi de suivre une thérapie pour contrôler ses pulsions.

Vous savez donc que, malgré les avantages du jeu, il peut devenir très dangereux pour nous.


Partagez